L’effacement progressif des frontières entre vie privée et vie professionnelle: Débat #3 – Le Blurring
Jan 22

L’effacement progressif des frontières entre vie privée et vie professionnelle: Débat #3 – Le Blurring

 Cliquez ici pour retrouver la présentation de nos invités de ce deuxième débat

Qu’est-ce que le « blurring » pour vous et comment se traduit-il au quotidien ?

csm_csm_Fabien-PIAZZON_54da2b4379_2d5de62769-1
Fabien Piazzon
Partner Qualité de Vie au Travail chez Ayming

"Il est évident que la digitalisation des métiers mais également l'internationalisation des marchés ont accéléré l'effacement de la frontière vie privée / vie professionnelle. Notons que c'est un retour à un rapport au Travail qui existait avant l'industrialisation. En effet lorsqu’on avait un métier, on le portait il faisait partie de notre identité à chaque instant. Le boucher, le boulanger, le cantonnier, tous ces gens étaient reconnus dans leur village, tous les jours, même le dimanche. Mais cette nouvelle transformation est bien différente, c'est évident. Aujourd'hui l'effacement de cette frontière est plus lié aux autres qu'à nous même. Il convient d'apprendre à (re)mettre des limites sur ces nouvelles façons de travailler."

"C'est certain que dans le domaine du digital par exemple, on a tendance à être sur-connecté. On utilise souvent les mêmes outils dans la vie pro et perso, puis on se dit qu'un petit mail, une réponse sur Slack à minuit et demi, un Hangout, ce n'est pas grand-chose. Je ne sais pas si c'est vraiment de la fatigue, mais ça crée en tous cas une lassitude, l'impression de ne jamais décrocher, qu'il n'y a pas de vacances ou de week-end sans déconnexion à la fois professionnelle et personnelle. Ça demande de tracer une limite très nette entre vies professionnelle et personnelle. Quand on a tous les outils sur le même portable par exemple, c'est moins évident!"

Unknown - L'effacement progressif des frontières entre vie privée et vie professionnelle: Débat #3 - Le Blurring
Laura Sibony
Enseignante chez HEC PARIS

Il est vrai que les frontières sont de plus en plus floues entre vie privée et vie professionnelle surtout dans les nouvelles façons de travailler. Mais dans ce cas-là que proposez-vous pour limiter cet effacement ?

"il faut surtout différencier les supports je pense ! Pour avoir testé le Bring Your Own Device, je recommande de distinguer son ordi et son portable pro, dans la mesure du possible, de ses appareils personnels. C'est une politique d'entreprise qui permet d'utiliser du matériel personnel dans un cadre pro, particulièrement les ordinateurs et téléphones portables. C’est souvent inévitable en start-up et dans ce cas-là Il y a bien sûr des applications qui permettent de manager le temps passé sur certains sites ou applications, mais le plus simple c'est d'apprendre à se discipliner, de savoir rester calme avec des notifications non lues, et de faire la part entre ce qui est urgent et important, urgent et pas important, ou pas urgent."
Laura Sibony
Laura Sibony
Enseignante chez HEC Paris

"La vraie solution réside dans la communication, le dialogue, c'est-à-dire sortir du tabou actuel et oser"

Fabien Piazzon
Partner Qualité de Vie au Travail chez Ayming
Claire Lepel-Cointet
Claire LEPEL COINTET
Responsable RH - RAF chez Vinci Energies Systèmes d'Information

"En tant qu’employeur nous avons des obligations de mettre en place des « best practices » sur l'envoi de demandes de la part des collègues entre eux ou managers."

"Claire LEPEL-COINTET je vous rejoins totalement. L'employeur se doit de mettre en place, en plus de ces bonnes pratiques, les règles et "l'éducation" des salariés dans ce nouveau rapport au travail... Cela doit s'apprendre."

csm_csm_Fabien-PIAZZON_54da2b4379_2d5de62769-1
Fabien Piazzon
Partner Qualité de Vie au Travail chez Ayming

Quelles sont ces « best pratices »auxquelles vous faites allusion, et comment leur mise en place se traduit au quotidien au sein de vos propres entreprises ?

"Pour les mails il est facile d'utiliser les outils quand on le souhaite même en cas d'insomnie mais il suffit juste par exemple de les garder en brouillon pour les envoyer à une heure adéquate."

Claire Lepel-Cointet
Claire LEPEL COINTET
Responsable RH - RAF chez Vinci Energies Systèmes d'Information
csm_csm_Fabien-PIAZZON_54da2b4379_2d5de62769-1
Fabien Piazzon
Partner Qualité de Vie au Travail chez Ayming

"Si je parle de ma pratique, elle est simple :

  • Durant mes congés, mes mails de réponse automatique sont : "Votre mail ne sera jamais lu. Merci de renouveler votre demande à mon retour ou de contacter..."
  • Je réagis systématiquement à toute personne qui me sollicite sur des heures au-delà des horaires respectables (21h-6h).
  • Je ne participe à aucune réunion qui commencent entre 12h et 13h et après 18h, même si je suis au bureau ou dispo. Je connais des entreprises qui coupent leurs serveurs la nuit, mais je doute de l'efficacité de ce système. En effet après cela, WhatsApp ou les messages prennent le relais.

La vraie solution réside dans la communication, le dialogue, c'est-à-dire sortir du tabou actuel et oser réagir car cela arrive à tout le monde de ne pas avoir de recul sur une "urgence". Pour les "Start-up" il suffit que les boss comprennent et portent ces messages dans leur quotidien. C'est juste du bon sens. Pas besoin d'outils particulier à mes yeux, même si au sein de mon entreprise nous avons créé des "Mobile Learning" pour former les managers et les salariés sur les bonnes pratiques du "télétravail"... Et ça marche plutôt bien."

C’est bien pensé le mail automatique lorsqu’on est en vacances! Mais ne pensez-vous pas que l’apprentissage sur mobile accentue cet
« Envahissement » sur la vie perso ?

"Après c'est à chacun de ne pas aller voir ces messages en auto discipline. Par exemple je sais que mon manager n’attend pas de moi une réponse le week-end ou le soir donc je ne vais pas voir mes messages. En cas d'urgence énorme il m'appellerait sur mon portable, idem pour les vacances. En congés je n'ai pas à me connecter car si urgence je recevrai un sms ou un coup de fil précisant la demande urgente."

Claire Lepel-Cointet
Claire LEPEL COINTET Responsable RH - RAF chez Vinci Energies Systèmes d'Information
Laura Sibony
Laura Sibony
Enseignante chez HEC Paris

"La déconnexion ce n'est pas qu'un droit, ou des outils...c'est à intégrer dans toute la culture d'entreprise, faire en sorte que les nouveaux ne se sentent pas obligés de prouver leur motivation en envoyant des mails à minuit et demi, encourager les employés à profiter de leur week-ends, mettre en place des forums de partage que chacun puisse consulter aux horaires qui l'arrange. Pour les petites équipes, c'est important de connaître les rythmes, contraintes et préférences de chacun je pense surtout aux projets en lancement. Et pour les plus grosses entreprises, partager une culture commune pour trouver le bon équilibre entre être indisponible et être pushy"