La transformation digitale des entreprises est avant tout une transformation managériale
Août 01

La transformation digitale des entreprises est avant tout une transformation managériale

Pourquoi, alors qu’elles sont bien au fait de ses enjeux majeurs, les grandes entreprises françaises sont-elles en retard dans la transformation digitale ?  Sûrement parce qu’embaucher un CDO (Chief Digital Officer) ou développer des applications mobiles ne suffisent plus à assurer cette transition. En ne développant pas un projet managérial en profondeur d’accompagnement de leur digitalisation, nos entreprises ne récoltent pas les avantages espérés du numérique.

L’utilisation du big data pourrait baisser les coûts marketing des entreprises du CAC40 de 15 à 20% (Source : BCG). L’implémentation d’outils digitaux dans la RH permettrait de diminuer leur taux de turn-over de 15%. Ces chiffres ne représentent qu’un infime échantillon des études qui ont démontré l’impact qu’aurait une transformation digitale des grands groupes français.

Et ceux-ci sont bien conscients non seulement des avantages que pourrait leur apporter la digitalisation de leur activité, mais également de l’existence de menaces si leur retard venait à se confirmer. Ainsi le patron de Société Générale Frédéric Oudéa reconnaît lui-même que l’émergence d’un nouveau géant numérique (par exemple un « TripAdvisor » des banques) serait pour le secteur un cauchemar (Source : LesEchos).

L’utilisation du big data pourrait baisser les coûts marketing des entreprises du CAC40 de 15 à 20%

Car la digitalisation ne peut être uniquement un projet technologique : pour être effective elle doit aboutir à une modification en profondeur de l’organisation des entreprises. Celle-ci complexifie l’environnement de travail, en particulier pour des structures aussi traditionnelles que celles des grandes entreprises françaises.
En réponse à cette complexité, celles-ci peuvent implémenter une méthodologie agile, le mode d’organisation le mieux à même de répondre à la digitalisation de leur activité du fait de sa grande adaptabilité face aux changements rapides.

Ce sont les développeurs qui ont créé cette fameuse « méthode agile » qui s’adapte aux imprévus et aux demandes continues en interne et de la part des clients. Le travail est découpé en cycles courts permettant une gestion souple des projets. Cette méthode s’oppose à l’approche traditionnelle « en cascade » qui nécessite un cahier des charges extrêmement détaillé et qui s’adapte mal à l’évolution du besoin du client.

Car la digitalisation ne peut être uniquement un projet technologique : pour être effective elle doit aboutir à une modification en profondeur de l’organisation des entreprises.

En cela la méthode agile signifie plus d’autonomie pour les Business Units et un véritable changement managérial qui va au-delà de la simple création d’un nouveau poste hiérarchique comme le CDO. C’est la culture même de l’organisation de l’entreprise qui est touchée et sa façon de travailler.
Or, c’est bien le management qui a pour charge le maintien tout comme l’évolution de la structure de l’entreprise. Il parait donc nécessaire que transformations agiles et digitales impliquent transformation du management. Celui-ci pourrait être plus en phase avec les attentes des générations « Digital Natives » en promouvant une responsabilité et une transparence accrue,  et le droit à l’erreur afin de proposer un environnement favorisant l'intelligence collective et la prise d’initiatives.

Le manager devient acteur de l’innovation car il est celui qui la défendra auprès des collaborateurs et qui les engagera à leur tour dans ces grands projets de transformation numérique.

Il semblerait donc que la transformation numérique soit une nécessité du marché qui implique agilité et prise d’initiatives de la part du management. Les entreprises traditionnelles doivent donc former leurs managers à l’accompagnement de la digitalisation.

Pour cela, elles peuvent mettre en place des outils digitaux et des méthodes qui accompagneront le manager dans cette transition tout en l’aidant à embarquer ses collaborateurs dans son projet.